Québec Yachting

Tout un succès pour la Coupe Femina 2018!

La 5e édition de la Coupe Femina, qui s’est déroulée le 7 juillet 2018, a fracassé un record de participation avec ses 27 voiliers et 146 inscrites, soit plus du double de l’année dernière.

Cette édition haute en couleur restera gravée dans la mémoire des participantes. Le vent soufflait à environ 20 nœuds, ce qui a rendu les conditions sportives sur le fleuve Saint-Laurent afin que les voiliers atteignent Neuville et reviennent vers Lévis.

Les résultats

En classe Alizé, la catégorie 100 % féminin, le Kirby 25 Crunch, prêté par un plaisancier de la marina du Parc Nautique Lévy, a terminé en première position. La skipper Marine Gasula et ses équipières Annie Larouche, Maïka Mimeault et Mélissa Desjardins, toutes Gaspésiennes, participaient pour la première fois à la Coupe Femina et étaient tout simplement E-U-P-H-O-R-I-Q-U-E-S à l’annonce de leur victoire! Elles étaient suivies des voiliers Predictable (qui avait remporté les honneurs l’année dernière) et Sailavie. En classe Rafale, le J/24 Financière Banque Nationale Gleen Losier (Magic) avec à la barre l’expérimentée Priscilla Desgagné a pris les devants face à Macasa piloté par Sylvie Lauzon et Gravlax qui avait comme capitaine Catherine Parker, instructrice chez Voile Mercator. Pour la classe Évolution, où la présence d’un skipper masculin était autorisée à bord, le Dufour 31 Kachina avec Martin Aubé et Micheline Dessureault s’est démarqué devant Solinor où se trouvaient Daniel Bouchard et Dany Bourassa et Tri-Eau sur lequel naviguaient Alain Lefebvre et Lucie Lacroix.

En ce qui concerne les trois équipages de la classe F18, elles en étaient à leur première expérience à la Coupe Femina et celle-ci n’a pas été de tout repos, notamment à cause de plusieurs chavirages. Le catamaran barré par Lise Duchesne et son équipière Johanne Thibault (numéro 1566) a battu tous les records en effectuant le parcours de 33 milles nautiques en 3 heures et 18 minutes avec une vitesse moyenne d’environ 10 nœuds, ce qui leur a permis de terminer en première position, en plus de remporter le Trophée Rose des vents.

Les jeunes filles de la relève ont aussi fait bonne figure. Merlot II, skippé par Michelle Cantin qui était accompagnée de Camille Pouliot et des équipières Inès Avat, Alice Maranda, Catherine Goulet, Rosalie Gendron et Anne Rouillier, est arrivé en quatrième position de la classe Alizé et en première position de la classe des Équipages de la relève. Il était suivi par Petit Pabos. De son côté, SAO a été disqualifié puisqu’il n’a pas réussi à atteindre la bouée Q-32 dans le temps requis.

Suite à la régate, Québec Yachting a posé cinq questions à Justine Lamonde, 16 ans, du Collège de Lévis qui a participé à la Coupe Femina sur SAO, skippé par Caroline Dufour qui était accompagnée de Claudette Poulin et de ses équipières Mathilde Rousseau, Émilie Corriveau et Jane Rochette.

  1. QY : Comment as-tu trouvé l’expérience de prendre part à la Coupe Femina?

JL : « J’ai vraiment adoré mon expérience! Je l’ai trouvé enrichissante et elle m’a permis de me découvrir une nouvelle passion que je n’aurais peut-être jamais découverte sans cette belle aventure. »

  1. QY : Est-ce que tu as trouvé des manœuvres plus difficiles que d’autres?

JL : « Je n’ai pas trouvé de manœuvres plus complexes. Par contre, lors de la Coupe Femina, au moment du départ sur la ligne, c’était un vrai défi, car nous étions 27 voiliers dans un endroit restreint. Il fallait être alerte et à l’écoute des directives de notre skipper. »

  1. QY : Pourquoi as-tu décidé de faire partie d’un équipage de la relève?

JL : « Lorsque j’ai assisté à la rencontre que donnait Michelle à mon école, le Collège de Lévis, j’ai tout de suite embarqué dans le projet. J’ai voulu faire partie d’un équipage de la relève, car je trouvais que c’était l’opportunité parfaite pour relever de nouveaux défis, de rencontrer d’autres personnes et de vivre une expérience hors du commun. Ce n’est pas tous les jours qu’on nous donne la chance de vivre ça! »

  1. QY : Est-ce que tu avais déjà un intérêt pour la voile?

JL : « Oui, j’avais déjà de l’intérêt surtout depuis l’été dernier. Ma famille possède un bateau au Parc Nautique Lévy et à chaque fois que nous partions, ma famille et moi sur le fleuve, je regardais les voiliers et cela m’intriguais vraiment de savoir comment ça fonctionnait. Je voulais suivre des cours de voile éventuellement et voilà que j’ai entendu parler du magnifique projet de la relève. »

  1. QY : Penses-tu participer de nouveau à la Coupe Femina?

JL : « Bien sûr que oui! J’ai beaucoup trop aimé mon expérience! Le 6 juillet 2019 est déjà réservé dans mon agenda pour cette prochaine aventure! Un énorme merci à Michelle Cantin ainsi qu’à toutes les autres personnes qui rendent le projet de la relève possible! »

Michelle Cantin et un équipage de la relève sur Merlot II.

Québec Yachting a eu aussi eu le plaisir de recueillir les propos de Michelle Cantin, présidente du conseil d’administration et du comité organisateur ainsi que membre fondateur de la Coupe Femina :

« Coupe Femina, cette année, a été un méga succès. Un record de participations a été fracassé parce que nous sommes passés de 65, l’année dernière, à 146 inscriptions. C’est la preuve que ça répond à un besoin. C’est maintenant un événement annuel d’envergure reconnu internationalement puisque d’autres organisations dans le monde connaissent Coupe Femina. Pour ce qui est de la relève, c’est aussi un record de participation puisque nous sommes passés de 4 à 13 inscriptions. Nous avons fait face à un défi de logistique énorme, mais les gens sont contents, les commentaires sont positifs. Nous avons déjà des inscriptions pour l’année prochaine. Les Gaspésiennes reviennent avec leur voilier « Crunch ». Je ne pouvais pas espérer mieux! Le tout a été au-delà de nos espérances puisque notre objectif de départ était de 125 inscriptions. Tout le monde me disait : « Michelle, tu es ambitieuse! » Et finalement, nous l’avons largement dépassé! Je suis heureuse de nos partenaires et de nos diverses collaborations, dont plusieurs seront de retour pour la 6e édition. Nous avons d’autres belles surprises qui s’en viennent. D’une fois à l’autre, on se demande comment nous allons faire mieux l’an prochain. Le comité organisateur, le conseil d’administration et moi-même sommes portés par l’engouement, l’enthousiasme des femmes! C’est tout un vent qui propulse Coupe Femina! Dans les années à venir, nous aimerions recevoir plus de participantes, et moi, j’aimerais beaucoup recevoir des Européennes. Il faudrait maintenant aller plus loin. L’année prochaine, il faudrait développer la classe de F18, il n’y a pas de raison pour qu’il n’y ait pas six équipages sur la ligne de départ. »

Voici les impressions de quelques participantes de la Coupe Femina 2018!

Marie-Andrée Poulin lors de la remise des prix de la Coupe Femina 2018.

Marie-Andrée Poulin, chroniqueuse culturelle pour TVA-LCN, est la première porte-parole de la Coupe Femina. Elle était équipière sur le voilier Enjoy.

« D’abord, j’ai fait ma formation élémentaire avec Formation Nautique Québec pendant la semaine tout juste avant la course alors je me sentais prête. Au début je trouvais ça très exigeant et je me suis mis de la pression moi-même étant à ma première course. J’étais avec une super équipe Natalie Paré, notre skipper, a fait un duo incroyable avec sa fille Annie-Pier, elles naviguent ensemble depuis 13 ans, alors elles se comprennent sans se parler et elles étaient belles à voir! Il s’agit d’une image marquante de cette coupe Femina qui met de l’avant les femmes qui osent le fleuve et qui relèvent ce défi 100 % féminin. L’équipe était complétée avec Catherine « Bijou » et Béatrice qui n’en étaient pas à leur première course, alors je voulais bien faire, je voulais être rapide et efficace. J’ai beaucoup appris en faisant les manœuvres rapidement et en regardant les plus expérimentées, c’est très formateur. On a eu quelques péripéties, mais Natalie est restée calme et de cette façon tout s’est bien déroulé. J’étais très heureuse de franchir la ligne d’arrivée et je me suis dit : « Wow, la satisfaction de rentrer au port et d’avoir terminé la course en ayant donné le maximum, tout un feeling! ». J’ai adoré participer à la régate et j’ai d’ailleurs confirmé ma présence en tant qu’équipière et porte-parole pour la 6e édition. J’ai pu comprendre ce que ça implique en l’ayant fait : le dépassement de soi, l’esprit d’équipe, la détermination, l’endurance… J’invite d’ailleurs toutes les femmes à participer, c’est une expérience hors du commun! Je vous dis donc, à l’an prochain! »

Natalie Paré était skipper sur Enjoy, elle possède beaucoup d’expérience en navigation et participait à la Coupe Femina pour la cinquième fois. Ce voilier a accueilli comme équipière Marie-Andrée Poulin, la première porte-parole de l’événement.

« La cinquième édition fut probablement la plus difficile compte tenu des conditions de vent. De plus, une de mes équipières, Catherine Bouffard, s’est blessée peu après le départ, ce qui a réduit notre effectif. Nous avons aussi eu des bris d’équipements qui ont ralenti notre course. Malgré tout nous sommes fières d’avoir persévéré et de terminer en quatrième position. Il faut dire que la tâche est plus difficile pour nous qui ne naviguons pas sur le fleuve, avec un bateau qui nous avait été prêté par Richard Caron, et notre équipe n’avait jamais pratiqué ensemble. »

France Rocheleau a quatorze ans de navigation à son actif et participait à la régate pour la quatrième fois. Elle était équipière sur le voilier Macasa.

« Ce fut une journée idéale comme conditions météo : soleil présent et vent parfait pour le voilier Beneteau de 36.5 pieds. Ça prend du vent pour les gros voiliers. J’étais contente qu’il provienne de l’Ouest quand on s’est dirigé vers Neuville.

Cela a exigé plusieurs virements de bord à ce moment-là puisqu’on recevait le vent de face, mais l’équipage était plus en forme au début de la course pour faire les manœuvres requises.

Ensuite, au retour vers Lévis, cela était moins intense puisque le vent nous arrivait de l’arrière, ce qui a propulsé le voilier avec moins d’efforts de notre part.

L’édition 2018 fut quant à moi la meilleure de toutes les Coupe Femina des cinq dernières années : tant pour la météo que pour l’organisation. Et le fait de remporter la deuxième place, qui fut toute une surprise pour nous six, a couronné le tout. Nous nous attendions à une troisième ou quatrième place, en raison de la présence des voiliers Magic et Gravlax connus pour être performants. Il va sans dire que nous étions très heureuses d’apprendre que nos efforts avaient été récompensés. »

Voici le petit gâteau avec le logo de Québec Yachting!

Le comité organisateur a eu une excellente idée en commandant des petits gâteaux à l’effigie des commanditaires et des partenaires de la Coupe Femina. Il s’agissait-là d’une belle attention qui a été appréciée par ceux-ci.

Vous souhaitez en savoir davantage au sujet de la Coupe Femina ou vous inscrire pour la prochaine régate? Visitez le www.coupe-femina.com!

Par Joani Hotte-Jean

Photos : Par Joani Hotte-Jean et Philippe Lavoie