Québec Yachting

La restauration du voilier Pax Dei – Partie 1

Pax Dei après la restauration, été 2014.

En mai 2009, Jean Beaulieu a entrepris la restauration de Pax Dei (Paix de Dieu), un Westsail 32, avec une coque en fibre de verre. Ce voilier a été fabriqué aux États-Unis où 820 unités ont été produites entre les années 1970 et 1980. Le Norvégien Colin Archer a été l’architecte créateur initial. Par la suite, William Atkins a adapté les plans, et la coque est passée de 39 à 32 pieds (11,89 m à 9,75 m). Puis finalement, William Bill Crealock a repris le travail de ses prédécesseurs en dessinant les plans et les moules pour produire ce bateau en fibre de verre sans jamais rien négliger de ce bâtiment à déplacement lourd, solide et sécuritaire. Le bateau a été choisi méticuleusement par Jean en tenant compte de ce qu’il préfère d’un voilier.

Quelle a été la préparation avant de commencer les travaux?

Il a fallu que Jean trouve un transporteur pour déplacer le bateau le plus près de chez lui. Il a ensuite évalué les travaux à faire, divisé le tout par catégories et effectué une liste des priorités.

En commençant à établir sa liste des travaux, il s’est rendu compte que celle-ci ne cessait de s’allonger. Découragé? Pas du tout, cela faisait partie du plaisir! L’une des premières tâches fut de nettoyer le fond de cale où s’était déversé le réservoir septique et ce qu’il contenait, notamment des huiles de moteur et d’autres résidus accumulés depuis une trentaine d’années.

Sablage au jet (sandblast).

Voici sa première liste :

  1. Sortir ce qui est obsolète : la toilette, les appareils électroniques d’une autre époque, les vieux réservoirs (d’eau, de diesel et septique), les coussins (les conserver pour connaître les dimensions), etc.
  2. Nettoyer le pire : le fond de cale.
  3. Enlever et numéroter les portes et les tiroirs dans le but de les restaurer pendant l’hiver à l’intérieur.
  4. Chanter dedans et autour du voilier afin de l’imprégner de sa bonne humeur!
  5. Faire un abri autour du voilier pour travailler, même s’il pleut, pour ne pas perdre de temps.
  6. Surtout ne pas compter son temps : vaut mieux philosopher.
  7. Débuter les travaux sous la ligne d’eau. Puis le sablage au jet (sandblast).

Par la suite, il a évalué plus en profondeur les dommages qui avaient été causés par des infiltrations d’eau provenant des vieux hublots ainsi que d’un mauvais positionnement du voilier sur son ber qui, malheureusement, ne permettait pas à l’eau d’évacuer naturellement. Son ancien capitaine ayant atteint un âge vénérable, il ne pouvait plus s’en occuper adéquatement et comme le bateau était demeuré en cale sèche durant cinq ans, cela avait laissé des traces, voire des blessures!

Les vieux écubiers d'amarrages.
Un écubier d'amarrage tout neuf.

Le 15 juillet, la coque du bateau a subi un sablage au jet. Bien que cela soit plus dispendieux qu’un travail à la sableuse, le résultat a été beaucoup plus rapide. Sur ce genre de coque, l’osmose a eu peu d’emprise malgré ses 35 ans de loyaux services. Un travail de professionnels par l’équipe de Boisvert Marine à Sorel a permis de sabler la surface du gelcoat, conservant ainsi la protection d’origine.

Le puits d'ancre avant les travaux.
Le puits d'ancre après les travaux.

Revoir la coque toute blanche sous la ligne d’eau a donné un air de jeunesse à Pax Dei. Le sablage a été une première étape de la reconstruction anti-osmose que la coque a subie. Les petits trous et la coque à traiter à l’époxy, cinq couches d’Interprotect (produit de haute densité très étanche qui neutralise l’effet d’osmose) et enfin deux bonnes couches de peinture antisalissure (Interlux CSC).

L'ancien beaupré.
Le nouveau beaupré.

Par la suite, Jean a enlevé le beaupré, le bout-dehors et les samson posts, les écubiers d’amarrage (hawses) et le safran. Il y a eu un travail cardinal à faire sur cette partie du gouvernail à barre franche par Sébastien, l’expert en fibre de verre chez Boisvert Marine.

L'ancienne salle de bain.
La nouvelle salle de bain.

Jean a passé toutes ses vacances à travailler sur Pax Dei. Il a enlevé le bois abîmé et les hublots pour les remplacer et rendre le tout bien étanche. Il a réparé et rajouté un contreplaqué d’acajou africain tel qu’à l’origine.

Dans un voilier, rien n’est droit. Il n’y a pas d’angle droit sur les pièces de bois et cela ne lui a pas simplifié le travail. Oubliez vos niveaux et équerres! Le 28 août, le voilier est sorti de l’atelier après que le travail sous la ligne d’eau fut terminé. La coque était impeccable et les hublots neufs ont tous été installés. (Les hublots ont été achetés chez Atkins & Hoyle, en Ontario.)

À l’automne, les travaux se sont poursuivis la fin de semaine, mais plus lentement en raison des obligations professionnelles. Il a reçu de nouvelles pièces, telles que les réservoirs d’eau de Californie, puis le beaupré et les samson posts fabriqués dans une ébénisterie locale.

Il a aussi effectué des travaux au niveau du puits d’ancre. L’hiver est arrivé et a imposé la fin des travaux. Il n’est pas parvenu à trouver un chauffage adéquat qui ne produise pas de C02 puisque le voilier ne pouvait pas être aéré convenablement en raison de la toile de plastique qui le recouvrait.

Pour tout savoir sur la restauration de Pax Dei, visitez le www.paxdeiwestsail32.blogspot.com.

À lire dans la deuxième partie qui sera publiée au mois d’octobre 2018 : la suite des travaux effectués à partir du mois de mars 2010.

***


Jean Beaulieu

Jean Beaulieu est le représentant aux ventes de Québec Yachting depuis l’automne 2017. La voile le fascine depuis qu’il est jeune adulte. Comme il vivait sur le bord d’un lac, dès ses 18 ans, il a apprivoisé la planche à voile, puis le dériveur avec son frère. Plus tard, à 34 ans, il a acheté son premier voilier, Marie d’eau, un Tanzer 26. Puis la famille s’est agrandie et il lui fallait quelque chose de plus grand. Il a donc fait l’acquisition de l’Ave Maria, un Bayfield 32C rassurant et très logeable. Plus tard, les enfants sont devenus de grandes adolescentes et le capitaine rêvait de partir au large. Il a finalement acheté son Westsail 32 qui nécessitait vraiment beaucoup d’amour et plus encore! Il ne pouvait plus aller à l’eau tellement il était en piteux état : il aurait coulé! Cela lui prendra trois ans pour le restaurer de 2009 à 2012 avec tout son temps libre.

Caractéristiques techniques de son voilier Pax Dei

Longueur : 32 pi | 9,75 m
Largeur : 11 pi | 3,35
Tirant d’eau : 5 pieds | 1,52 m
Déplacement lège : 19 500 lb | 8845 kg
Ballast : 7000 lb | 3175 kg
Surface de voilure : 753 pi2 | 229 m2

***


Merci aux collaborateurs et fournisseurs du projet!

www.reparationjl.com
www.atkinshoyle.com
www.blyacht.com
www.boathouse.ca
www.pmfils.com
www.langevinforest.com
www.boismalo.com
www.entrepotmarinemart.com
www.boismaron.com
www.westsailparts.com

 

Par Joani Hotte-Jean
En collaboration avec Jean Beaulieu

*Cet article a été publié dans le magazine Printemps 2018 de Québec Yachting.