Québec Yachting

Rafale, en route pour sa nouvelle compétition

L’équipe Rafale commence l’assemblage des modèles d’hydrofoils.

Après une année de conception et de fabrication, l’équipe de Rafale ETS, de l’École de technologie supérieure de Montréal, a eu l’opportunité de présenter la nouvelle édition de son catamaran lors de la Foiling Week 2018 de Miami.

Premiers tests du catamaran Rafale lors de la Foiling Week 2018 de Miami.

« Nous remercions encore une fois l’équipe de la Foiling Week de nous avoir invités à cet événement d’ampleur mondiale. Nous avons fait des rencontres très enrichissantes, participé à des activités, des présentations et échanges stimulants qui nous poussent encore à innover et à améliorer les technologies présentes sur notre catamaran. Ce rassemblement nous a également permis de tester notre nouvelle plateforme qui n’avait jusqu’à ce moment jamais navigué. Nous avons donc effectué nos premiers tests de navigation et avons constaté les performances et les axes qui restaient à améliorer.

Nous avons le plaisir d’annoncer notre participation à la prochaine édition de l’Open C-Class, la compétition de catamarans de type Class-C, qui aura lieu au début de septembre prochain à Montréal. Cette régate représente un très grand enjeu pour nous, puisqu’elle nous permettra d’évaluer notre travail dans un environnement professionnel. C’est pourquoi nous avons accéléré nos processus de fabrication afin que le catamaran soit opérationnel à la mi-juin. Dans cette perspective, notre principale priorité est la fabrication des hydrofoils.

Pour ce faire, il nous a tout d’abord fallu concevoir les hydrofoils en effectuant des études d’écoulement de fluide numérique (CFD) de façon à obtenir une géométrie d’hydrofoil respectant les critères de conception. Une étude des forces a ensuite été réalisée d’un point de vue statique et dynamique. C’est-à-dire que nous avons simulé le courant de l’eau et le poids du bateau que devront supporter les hydrofoils pendant les navigations. À la suite de cette étude, nous avons défini le laminé de fibre des hydrofoils pour qu’il résiste lors des navigations.

Nos hydrofoils seront en carbone et leur noyau (ou âme) sera imprimé en 3D. L’utilisation de ce matériau permet de conserver une légèreté significative des hydrofoils et d’obtenir une mise en production plus rapide.

Actuellement, nous fabriquons les moules qui serviront à fabriquer les foils en carbone. Premièrement, nous avons conçu nos hydrofoils avec l’utilisation d’un logiciel de conception assistée par ordinateur ainsi que les modèles. Par la suite, nous avons envoyé nos dessins à une entreprise pour la fabrication des modèles que nous utiliserons pour produire les moules des hydrofoils. En partenariat avec l’entreprise Uniboard, les modèles ont été fabriqués à partir de MDF écologique et de haute qualité, fait à 100 % de fibres de bois recyclées et récupérées.

À ce jour, l’assemblage des modèles est terminé et nous commençons la fabrication des moules en carbone, en utilisant le procédé d’infusion. Cela signifie que les plis de fibre de carbone seront disposés sur les modèles avant d’être mis sous vide. Puis, lorsque le tout sera sous vide, la résine sera infusée dans le laminé pour obtenir les moules. Lorsque la résine sera curée, les moules seront démoulés, puis un procédé de polissage sera effectué pour obtenir un fini de surface lustrée.

Une fois que les moules seront prêts, nous pourrons fabriquer les hydrofoils en utilisant des plis de carbone pré-imprégné. La fabrication des hydrofoils se déroule en trois grands temps. Tout d’abord, nous laminerons à l’intérieur des moules les deux peaux d’un hydrofoil avec les plis de carbone pré-imprégné. En laminant les plis de carbone, nous ferons en sorte que les plis soient bien collés dans le moule et qu’il ne reste aucune bulle d’air. Une fois les plis posés, les peaux de l’hydrofoil cuiront pendant près de 10 heures dans un four à 93 °C. Après cette première cuisson, les peaux seront assemblées avec leur noyau et retourneront au four pendant plus de 15 heures. Nous répéterons les mêmes étapes pour la fabrication du second hydrofoil.

Notre objectif est de pouvoir nous entraîner régulièrement durant l’été, ce qui nous permettra de garantir l’efficacité de la plateforme, mais aussi d’assurer, pour les skippers, la connaissance pointilleuse de leur support. Nous mettons ainsi toutes les chances de notre côté et c’est pourquoi nous sommes convaincus de la future compétitivité de notre catamaran durant cette régate. »

La compétition se déroulera donc du 6 au 9 septembre, au Royal St. Lawrence Yacht Club, à Montréal. Trois catamarans seront présents lors de la compétition et se challengeront pendant ces trois jours. Tous les visiteurs, les étudiants et les passionnés de voile sont les bienvenus pour observer la course et seront conviés pour découvrir les technologies des Class-C.

Par Maxime Jouniaux

*Cet article a été publié dans le magazine Été 2018 de Québec Yachting.