Québec Yachting

Navigation aux Mille-Îles

Crédit photo : Destination Ontario.
Vue aérienne des îles Georgina et Constance. Crédit photo : Parc national des Mille-Îles, Parcs Canada.
Crédit photo : Merrithew, Destination Ontario.
Une magnifique maison sur une île. Crédit photo : Joey Panetta, Destination Ontario.
Ivy Lea dans les Mille-Îles. Crédit photo : Merrithew, Destination Ontario.
Vous pouvez découvrir les Mille-Îles en effectuant une croisière. The West Ditch Tower, Kingston. Crédit photo : Destination Ontario.
Une marina à Kingston. Crédit photo : Destination Ontario.
Camping à Ivy Lea. Crédit photo : St. Jacques, Destination Ontario.
Crédit photo : Merrithew, Destination Ontario.

Le magazine Québec Yachting a eu le privilège d’être présent, le 3 mai 2018, à la première conférence sur la navigation aux Mille-Îles, conçue par Luc Bernuy, professeur à l’École de navigation de la Société de sauvetage. Celui-ci a eu la chance de découvrir cette région pendant un mois à deux reprises.

Pourquoi naviguer aux Mille-Îles? Pour profiter de ce terrain de jeu d’environ 40 milles nautiques qui s’étend de Brockville à Kingston et qui plaira autant aux propriétaires d’un bateau à moteur que d’un voilier. Vous y croiserez beaucoup de bateaux à moteur, des trawlers et des runabouts. La navigation y est relativement facile et moins compliquée qu’au lac Champlain. Vous serez également subjugué par la beauté des paysages, des résidences luxueuses et serez estomaqué de voir autant de bateaux-maisons!

Avant de partir, assurez-vous d’avoir les cartes papier et numériques des endroits où vous naviguerez. M. Bernuy vous recommande l’achat de la 7e édition du Lake Ontario Chartbook & Cruising Guide de Richardsons’, qui comprend des informations qui vous seront bien utiles de Hamilton à Cornwall, y compris les Mille-Îles, la baie de Quinte, le canal Welland et la voie maritime du Saint-Laurent. Cet ouvrage est disponible au www.richardsonscharts.com. Pour avoir une meilleure idée d’ensemble, vous pouvez acheter la carte à l’épreuve de l’eau des Mille-Îles (no 78) ainsi que celle du lac Ontario (no 76).

Quand vous serez dans les Mille-Îles, au nord, ce sera l’Ontario; et au Sud, ce sera l’État de New York. Selon votre lieu de départ, vous aurez des écluses à franchir.

  • Du lac Saint-Louis, vous devrez écluser 5 fois.
  • Du fleuve Saint-Laurent, vous devrez écluser 7 fois.
  • Du lac Champlain par le Richelieu, vous devrez écluser 15 fois.
  • Du lac des Deux-Montagnes, vous devrez écluser 6 fois.
  • Du lac Ontario, vous n’aurez pas à écluser.
  • Du canal Rideau, vous devrez écluser 51 fois.

Pour en savoir davantage sur le processus d’éclusage, visitez le www.pc.gc.ca.

En partant du lac Saint-Louis, prévoyez environ trois ou quatre semaines pour vous rendre et revenir des Mille-Îles à voile et un peu moins si vous naviguez avec un bateau à moteur. Il est possible d’effectuer le trajet plus rapidement, mais vous n’aurez pas le temps de visiter les environs et de vraiment profiter de votre voyage. Vous ne bénéficiez pas de longues vacances? Vous pourriez alors envisager la location d’un bateau-maison. Il s’agit d’une formule très populaire. Parmi les entreprises qui offrent ce service, il y a Houseboat Holidays (houseboatholidays.ca) à Gananoque. Des croisières sont aussi disponibles. Pour obtenir des idées et avoir un aperçu des activités que vous pourriez faire, comme visiter les jardins des Mille-Îles ou les sites historiques, consultez le www.ontariotravel.net et le visit1000islands.com. Toutes les îles accessibles possèdent au moins un quai pour que vous puissiez accoster et vous amarrer (les sections de quai avec des couleurs sont interdites aux plaisanciers), des tables à pique-nique et des toilettes sèches. Presque toutes les îles gérées par le parc national des Mille-Îles, dont Beau Rivage, Camelot et Grenadier, ont un endroit désigné pour faire un feu avec du bois à brûler (fourni au coût de 6,80 $/sac) et des sentiers d’exploration ou de randonnée. Les génératrices y sont interdites à tous les quais et aux points d’amarrage (sauf à Grenadier-Centre, Beau Rivage, Mallorytown Landing et McDonald). Certaines îles, dont Beau Rivage, McDonald et Grenadier-Centre, offrent des poubelles. Des bouées d’amarrage sont aussi disponibles près des îles Camelot, Thwartway, Adelaide et Endymion. S’amarrer sur l’un des quais des îles du parc coûte 0,90 $/pied/nuit et les frais peuvent être réglés aux kiosques situés sur les îles en argent comptant, par chèque ou par carte de crédit. Il est possible d’acheter une passe saisonnière au coût de 9,80 $/pied. S’amarrer sur l’une des 13 îles gérées par la Ville de Brockville coûte environ 1,50 $/pied/nuit parce qu’elles sont complètement différentes des îles du parc national. Un préposé viendra à votre emplacement pour vous faire payer par carte de débit ou de crédit.

Pour les amateurs de voile, vous devriez obtenir de belles conditions à partir de Brockville et des conditions idéales à partir de Kingston. Le courant est en général d’un à 2 nœuds, mais il est de 4 nœuds à Cornwall. Vous devez donc avoir un moteur d’une puissance minimale de 10 chevaux. De plus, une annexe vous sera bien utile pour faire de l’exploration et prendre de belles photos.

Dans les Mille-Îles, il y a beaucoup de marinas pour répondre aux besoins des plaisanciers et des pêcheurs, dont des marinas municipales offrant divers services. Les trois marinas d’importance et stratégiquement bien situées sont Brockville Municipal, Gananoque Municipal et Confederation Basin (à Kingston). Du côté américain, il y a plusieurs marinas par ville. Pour obtenir la liste complète, visitez le visit1000islands.com.

*Antique Boat Museum à Clayton.

Quoi faire dans les Mille-Îles?

Dans les Mille-Îles, vous ne vous ennuierez pas puisqu’il y a tant d’activités à faire et de lieux à découvrir. Vous pourrez notamment vous baigner, faire du kayak et du canot, partir en excursion sur les îles, marcher pendant des heures, pique-niquer, faire des barbecues, observer la faune et la flore, faire de la plongée pour observer diverses épaves telles que le Keystorm, le Lillie Parsons ou le Henry C. Daryaw (information : www.wrecksandreefs.com et www.islanddiver.ca). Pour les amateurs de photographie, c’est le paradis! Les sujets sont illimités! Les abris à bateau (boathouses) pullulent et sont une caractéristique distincte de la région. Il y a aussi des villes à visiter, des sites historiques, d’excellents restaurants et des boutiques. Le coup de cœur de Luc Bernuy? L’Antique Boat Museum à Clayton, New York, qui rassemble plus de 300 bateaux uniques et bien préservés ainsi que des milliers d’artefacts nautiques. Pour tout savoir sur cet endroit passionnant, rendez-vous au www.abm.org. Si vous avez du temps, vous pouvez continuer votre navigation à l’ouest de Kingston vers Wappos ou Main Duck Island.

« Moins vous allez vous déplacer, plus vous allez rencontrer des gens, en apprendre sur la région et découvrir les endroits à visiter absolument. »  ̶  Luc Bernuy

Quelques conseils de Luc Bernuy pour faciliter votre séjour dans les Mille-Îles

  • Faites attention aux cargos. Laissez-leur toujours beaucoup de place puisqu’ils sont peu manœuvrables. Ils peuvent difficilement ralentir ou contourner des obstacles. Regardez en arrière de vous, car ils peuvent arriver rapidement. En cas de doute, vous pouvez communiquer avec un cargo avec votre radio VHF. De plus, ne vous baignez pas en présence d’un cargo! Vous pourriez vous faire aspirer, et cela, même s’il se trouve à 150 mètres (500 pieds).
  • Mettez dans les favoris de votre navigateur internet le site web https://meteo.gc.ca/radar/index_f.html afin de suivre la progression par radar des systèmes météo. Les conditions sur l’eau sont habituellement similaires à celles sur la terre. Les vents peuvent être forts et violents lors d’orages. Les vents proviennent majoritairement du secteur ouest ou sud-ouest. Écoutez régulièrement WX sur votre radio VHF.
  • Si vous le pouvez, évitez les Mille-Îles pendant les deux semaines de vacances de la construction. Les meilleurs endroits seront occupés par les plaisanciers.
  • Prévoyez être autonome en carburant pendant trois jours, surtout pour passer les écluses, puisque les points de vente se font rares à certains endroits. Apportez des bidons vides puisqu’il est possible que vous ayez à vous ravitailler à terre, comme à Gananoque.
  • Prévoyez aussi des réserves de nourriture puisque les épiceries ne sont pas nombreuses. Vous en trouverez notamment à Brockville, Gananoque, Kingston et dans certaines petites villes. De plus, apportez dans votre bateau des conserves, des féculents, des pâtes, etc. Si vous pensez vous déplacer en taxi, sachez qu’il y en a beaucoup moins qu’à Montréal.
  • Les endroits pour faire escale au mouillage sont nombreux, mais assurez-vous que votre ancre tient bien puisque le fond de l’eau pourrait être rocheux.
  • Lorsque vous serez sur les îles, il est préférable de porter un pantalon, un chandail à manches longues et de toujours mettre de l’anti-moustique pour éviter d’attraper la maladie de Lyme. Méfiez-vous aussi des tiques à pattes noires qui peuvent être porteuses. Il est important que vous preniez vos précautions!
  • Ne laissez aucun déchet ou aliment dans votre cockpit ou près de votre bateau. Vous pourriez avoir la visite indésirable de ratons laveurs à la recherche de nourriture.
  • En Ontario, il est interdit de consommer de l’alcool lorsque vous naviguez. Toute boisson alcoolisée doit être rangée et non accessible tant que vous n’êtes pas au mouillage ou arrêté à une marina.
  • Le quai de douane de Boldt’s Castle (Heart Island), en face d’Alexandria Bay, est un bon endroit pour entrer aux États-Unis puisqu’il est facile d’accès. En général, le douanier ne demandera que le passeport de chaque personne à bord, mais ayez en main tous les documents de votre bateau. Vous devrez dédouaner à votre retour au Canada.
  • Vous pouvez transiter en eaux américaines sans dédouaner (y compris les écluses), mais vous ne pouvez pas vous y ancrer, faire escale sur une île ou une ville.

***


Luc Bernuy lors de la conférence Navigation aux Mille-Îles. Crédit photo : Joani Hotte-Jean.

Merci à l’École de navigation de plaisance de la Société de sauvetage de m’avoir permis d’assister gracieusement à la conférence Navigation aux Mille-Îles. Luc Bernuy y donne aussi d’autres conférences, soit La préparation mentale au départ, La préparation financière au départ, Objectif Sud et La Navigation au lac Champlain ainsi que des cours réguliers tels que La Navigation côtière et La Navigation de plaisance. Ce dernier est l’auteur de L’Intracostal, le guide, dont la 4e édition a été mise sur le marché dernièrement et a fait l’objet d’une chronique Lecture de Monique Reeves dans le magazine Printemps 2018 de Québec Yachting. Vous avez des questions? N’hésitez pas à communiquer avec lui à l’adresse luc.bernuy@videotron.ca. Je vous invite également à consulter l’horaire complet des cours et ateliers de l’École sur son site internet : www.coursdenavigation.com.

***


Bateaux accostés près de l'île Mc Donald. Crédit photo : Parc national des Mille-Îles, Parcs Canada.
L'eau est claire dans les Mille-Îles. Crédit photo : Parc national des Mille-Îles, Parcs Canada.
Profitez de la vue en étant assis sur une chaise rouge! Vous les trouverez sur les îles Gordon, Beau Rivage, Camelot ainsi qu'à Mallorytown Landing et au Ruisseau Jones. Crédit photo : Parc national des Mille-Îles, Parcs Canada.
Crédit photo : Parc national des Mille-Îles, Parcs Canada.
Mouillage à l'île Camelot. Crédit photo : Parc national des Mille-Îles, Parcs Canada.
Quai sur l'île Grenadier. Crédit photo : Parc national des Mille-Îles, Parcs Canada.
L'île Constance et le pont. Crédit photo : Parc national des Mille-Îles, Parcs Canada.
Quai de l'île Constance. Crédit photo : Parc national des Mille-Îles, Parcs Canada.
Crédit photo : Parc national des Mille-Îles, Parcs Canada.
Pin rigide (Pitch Pine) est présent sur de nombreuses îles, dont Georgina. Crédit photo : Parc national des Mille-Îles, Parcs Canada.

Le parc national des Mille-Îles

Le parc national des Mille-Îles regroupe 20 îles, 88 petits îlots et trois propriétés riveraines gérées, administrées et protégées par Parcs Canada. Il a été fondé en 1904 et il s’agit du plus ancien parc national du Canada à l’est des montagnes Rocheuses. Il abrite des espèces rares, menacées ou en voie de disparition comme le pin rigide et la couleuvre noire. Vous pourrez y refaire le plein d’énergie dans un décor d’une beauté naturelle exceptionnelle. L’île Endymion est un bel emplacement populaire auprès des propriétaires de voiliers puisqu’il y a plusieurs bouées d’amarrage disponibles dans une baie protégée du vent ainsi que deux quais. L’île Gordon est unique avec sa grande variété de végétaux et d’oiseaux. Les plus communs sont la paruline jaune, le bruant chanteur, le carouge à épaulettes, le troglodyte familier, l’oriole du Nord, le pygargue à tête blanche et le balbuzard pêcheur. Il y a un beau sentier de randonnée d’environ un kilomètre et des chaises rouges pour profiter de la vue. Les îles Georgina et Constance sont situées près du pont des Mille-Îles qui mène vers les États-Unis. Elles sont donc plus bruyantes mais tout de même appréciées par les plaisanciers pour leurs sentiers de randonnée variant de 0,5 à 2 km, les aires de pique-nique protégées et les endroits pour se baigner. Une plage de sable naturelle est aussi présente sur l’île Thwartway. Plus près de Kingston, vous pourrez aussi faire escale aux îles Cedar et Milton qui sont calmes et prisées par les amateurs de nautisme.

Veuillez noter qu’en raison des inondations en 2017, certains quais sont endommagés et fermés. Afin de planifier votre voyage en 2019, visitez le www.pc.gc.ca/mi pour une mise à jour récente des informations.

Par Joani Hotte-Jean

*Cet article a été publié dans le magazine Automne 2018 de Québec Yachting. Abonnez-vous, C’EST GRATUIT!