Québec Yachting

Passer l’hiver sur son voilier au Québec? Oui, c’est possible!

Sébastien Mignault (à gauche) et Sylvain Brisebois (à droite) passent l'hiver sur leurs voiliers à la marina de la Rive-Nord à Repentigny. Crédit photo : Joani Hotte-Jean.
Sylvain Brisebois et sa fille Mégane passent l'hiver sur le RhumAntic. Crédit photo : Joani Hotte-Jean.
Sébastien Mignault passe l'hiver sur le Coda II. Crédit photo : Joani Hotte-Jean.
Sébastien Mignault passe l'hiver sur le Coda II. Crédit photo : Joani Hotte-Jean.
Le Coda II et RhumAntic à la marina de la Rive-Nord à Repentigny. Crédit photo : Joani Hotte-Jean.
Plusieurs voiliers et bateaux étaient toujours à quai à la marina de la Rive-Nord à la fin du mois d'octobre. Crédit photo : Joani Hotte-Jean.

Votre embarcation est sortie de l’eau depuis plusieurs semaines? Les voiliers de Sébastien Mignault, capitaine du Coda II, un Tartan de 30 pieds (9,1 mètres), et de Sylvain Brisebois, propriétaire du RhumAntic, un Bruce Robert de 38 pieds (11,58 mètres), sont toujours à quai à la marina de la Rive-Nord à Repentigny et le resteront pendant tout l’hiver.

Pourquoi se lancer dans un tel projet?

Sébastien Mignault navigue depuis qu’il est jeune. Véritable passionné, il a grandi sur un voilier et aimerait bien y vivre douze mois par année. Dans les prochains mois, il souhaite revivre les expériences qu’il a vécues avec son père, Richard Mignault. En effet, ce dernier a passé dix ans, été comme hiver, soit de 1990 à 2000, sur Loiseau, un ketch de 48 pieds (modèle Sea Breeze de Samson Design) sur le fleuve Saint-Laurent, en face de Longueuil. À l’époque, Québec Yachting avait publié un article suite à la saison froide de 1989-1990. Vous pouvez consulter le texte original en cliquant ici.

« Ma copine, Émilie Lafontaine, et moi avons acheté le voilier pour vivre en dehors de Montréal. Après avoir vécu dix ans au Costa Rica, elle a une âme de voyageuse et j’aime découvrir ce que notre majestueux fleuve peut nous offrir! De plus, je ressens l’appel du large et nous avons envie d’en profiter au maximum. Le voilier est notre havre de paix, l’endroit où nous nous retrouvons. J’ai eu le grand bonheur d’avoir un père qui m’a fait découvrir la voile, le nautisme et tout ce qui l’entoure! La plus belle chose que mon père m’a donnée, c’est l’amour de la voile, ce mode de vie et aussi, les voileux; ce sont des gens qui m’apportent beaucoup. »

 

À gauche : Sébastien Mignault. | À droite : Passer l'hiver sur l'eau, ça se prépare!
La première neige! À quai : Le Coda II, le RhumAntic et le Buddy Joe (voilier de Marc Girard, C-Breeze 48).
De l'avant vers l'arrière du quai : Le Coda II, le RhumAntic et le Buddy Joe (voilier de Marc Girard, C-Breeze 48).
Une journée calme à la marina de la Rive-Nord.

*Crédit des photos : Sébastien Mignault et Sylvain Brisebois. Source : www.facebook.com/voilierhiver.

D’ailleurs, Sébastien croit que les plaisanciers devraient pouvoir décider du moment où leur bateau sortira de l’eau et non les marinas. Cette année, la météo a été clémente jusqu’à la fin du mois d’octobre. Alors, pourquoi cesser de naviguer en septembre?

Revenons au projet. Celui-ci a pris forme lorsque Sébastien s’est remémoré, avec son ami Marc, qui habite douze mois par année sur son voilier, ses hivers de jeunesse. Quelques semaines plus tard, au mois de juillet, il a rencontré Sylvain, qui a d’abord trouvé son idée complètement farfelue. Mais au mois de septembre, il a décidé de se lancer! Comme il n’aime pas l’hiver et qu’il est plutôt frileux, il va installer un foyer marin Dickinson au diesel (tout comme Sébastien) et un abri pour le cockpit. Les deux hommes sont très reconnaissants qu’Yvon Vanini, le propriétaire de la marina de la Rive-Nord, ait accepté qu’ils restent à quai pour l’hiver. Ils pourront vivre leur aventure pleinement, naviguer tant que la glace ne se sera pas formée dans la baie et avoir accès aux services de la marina, soit l’eau et l’électricité. Puis ils pourront se réchauffer et se doucher à la capitainerie.

Est-ce qu’il y a des risques à passer l’hiver sur son voilier? Bien entendu. Les principaux ennemis : la glace et le froid! Ils pourraient se retrouver entourés de glace et entendre de nombreux craquements. Le principal défi sera psychologique : Sébastien et Sylvain doivent bien se préparer pour affronter l’hiver tout en restant prudents puisqu’ils ne souhaitent pas endommager ou perdre leurs voiliers dans l’aventure. De plus, la conjointe de Sébastien est enceinte et l’accouchement est prévu en janvier. La sœur de celle-ci va les aider, tout comme leurs amis, afin que Sébastien puisse réaliser son rêve. Malgré le stress, Sébastien sait qu’il peut compter sur les conseils et les connaissances de son père ainsi que de M. Vanini afin qu’il puisse vivre, tout comme son ami Sylvain, un hiver mémorable et sans encombre.

Suite à la médiatisation de leur projet, plusieurs plaisanciers ont contacté les deux capitaines pour s’informer et savoir s’il était possible qu’ils se joignent à eux… Finalement, ce n’était pas une idée si farfelue de passer l’hiver sur leurs voiliers puisqu’elle intéresse plusieurs personnes!

L’équipe de Québec Yachting souhaite bonne chance à Sébastien Mignault et à Sylvain Brisebois! Restez à l’affût. Nous vous tiendrons au courant au sujet de leur aventure! Vous pouvez aussi visiter leur page Facebook : www.facebook.com/voilierhiver.

Par Joani Hotte-Jean

***

Vous avez des questions, nous avons les réponses!